N3 : Prévention des accidents

Sommaire : 

  • Plongée profonde sur une épave
  • En cas de froid
  • En cas de courant
  • Conclusion

Plongée profonde sur une épave

Plongée profonde sur une épaveAvantA la descentePendantA la remontéeAprès
Barotraumatisme - NE PAS PLONGER MALADE - DESCENDRE DOUCEMENT HORIZONTALEMENT.
- DÉGLUTIR
- EQUILIBRER PAR ANTICIPATION
- SOUFFLER A LA REMONTE
- RESPECTER LA VITESSE DE REMONTE 15 m/min
- REMONTER LES 5 DERNIERS METRES EN 1 min
- PAS DE VASALVA A LA REMONTE
Narcose - NE PAS PLONGER FATIGUE
- AVOIR UNE ADAPTION PROGRESSIVE A LA PROFONDEUR.
- CONNAITRE SES PROPRES SYMPTOME DE LA NARCOSE.
- CONNAITRE SON BINOME
- DESCENDRE DOUCEMENT EN AYANT UN REPERE VISUEL
- DEMANDER LA CONSO, FAIRE UN COMPLEMENT A CINQ
- COHESION DE PALANQUEE
ADD - NE PAS PLONGER FATIGUE
- S'HYDRATER (48 heures avant)
- AVOIR LE MEME MOYEN DE DESATURATION QUE SON BINOME
- PLANIFIER SA PLONGEE (TEMPS, PROFONDEUR MAX, DTR, PRESSION DE DECOLLAGE,CIRCUIT,CONSO)
- PLONGER AU NITROX
- AVOIR UN PROFIL DE PLONGEE ADAPTE - RESPECTER LA VITESSE DE REMONTE 15m/min
- RESPECTER SON TEMPS DE PALIER
- REALISER LE PALIER DE PRINCIPE
- PAS D'EFFORT APRES LA PLONGEE
- PAS D'APNEE
- PAS D'AVION
- PAS DE PLONGEE CONSECUTIVE
- MAXIMISER LES iNTERVALS DE SURFACE
Essouflement - NE PAS PLONGER ESSOUFFLE
- NE PAS ETRE SURLESTE
- NE PAS AVOIR UNE COMBINAISON TROP SERREE
- LIMITER LES EFFORTS
- ADAPTER SA VENTILATION AVEC LA PROFONDEUR
- SURVEILLER LES BULLES DE SON BINOME
- ADAPTER SA VITESSE AU PLONGEUR LE PLUS LENT
- GONFLER SON GILET POUR CE MAINTENIR EN SURFACE
Panne d'air - PLANIFIER SA PLONGEE
- DEFINIR UNE PRESSION DE DECOLLAGE
- CONNAITRE SA CONSOMMATION
- RESPIRER SUR SON PRINCIPAL MANO A LA MAIN.
- BLOC DE SECURITER
- VENTILER DANS L'EAU A FAIBLE PROFONDEUR PRINCIPAL ET OCTOPUSS - CONTROLER ET READAPTER SA PLANIFICATION EN CAS DE CONSOMMATION PLUS IMPORTANTE QUE PREVU. (15L 2 bar 1 min de DTR - 12L 3 bar 1 min de DTR) OU DE DEPASSEMENT DE PROFONDEUR
Matériel-AVOIR SON MATERIEL
-FAIRE REVISER SON MATERIEL
-UN PARACHUTE PAR PERSONNE
- ATTENTION A L'ECHELLE
- BIEN FIXER SON BLOC

En cas de froid

En cas de froidAvantA la descentePendantA la remontéeAprès
Barotraumatisme
NarcoseLE FROID AUGMENTE LE RISQUE DE NARCOSE. DE PLUS LE FROID EST STRESSANT
ADDDANS SON ORGANISATION, REGARDER LA METEO POUR CONNAITRE PAR AVANCE LA TEMPRATURE DE L'EAU
DANS SA PLANIFICATION, RACCOURCIR LA DUREE DE PLONGEE
LE FROID AUGMENTE LE RISQUE D'ADD. LA CIRCULATION EST RALENTI AVEC L'EPAISSISSEMENT DU SANG. PLUS MAUVAISE EVACUATION DE L'AZOTENE PAS REALISER LES PALIERS DE PRINCIPE
EssoufflementLE FROID AUGMENTE LE RISQUE D'ESSOUFFLEMENT. L'EFFORT VENTILATOIRE EST RENDU PLUS DIFFICILE PAR LE SANG QUI SE CONCENTRE AU NIVEAU DE LA CACHE THORACIQUE
Panne d'airETABLIR UNE COMMUNICATION CLAIRE RELATIVE AU FROID.
SI ON A FROID ON ARRETE LA PLONGEE
LE FROID AUGMENTE LE RISQUE DE PANNE D'AIR CAR AVEC LE FROID ON CONSOMME PLUS.
ACCENTUER LE CONTRÔLE DE SA CONSOMMATION ET CORRIGER SA PLANIFICATION EN CONSEQUENCE
MatérielPLONGER EN ETANCHE
GANT (PB PRECISION DES GESTE SI TROP FROID)

En cas de courant

En cas de courantAvantA la descentePendantA la remontéeAprès
Barotraumatisme
Narcose
ADDDANS SON ORGANISATION, REGARDER LA METEO POUR CONNAITRE PAR AVANCE LA FORCE DU COURANT.
CHOISIR UN SITE PROTEGE SANS COURANT.
DANS SA PLANIFICATION, RACCOURCIR LA DUREE DE PLONGEE.
IMPOSER LA SORTIE AU PARACHUTE
ARRIVER AU FOND CONTROLER LA FORCE DU COURANT AVEC UNE POIGNEE DE SABLE.NE PAS REALISER LES PALIERS DE PRINCIPES
EssoufflementEN CAS DE COURANT DE SURFACE. S'IMMERGER RAPIDEMENT.
DESCENDRE LE LONG DU MOUILLAGE
DISPOSER DES LIGNES DE VIE
PARTIR A CONTRE COURANT POUR REVENIR DANS LE SENS DU COURANT.DISPOSER DES LIGNES DE VIE
Panne d'airLE COURANT PEUT ENTRAINER UNE AUGMENTATION DE LA CONSOMMATION. IL FAUT READAPTER LA PLANIFICATION EN CONSEQUENCE.
MatérielAVOIR DE BONNE PALMES.
AVOIR UNE BONNE TECHNIQUE DE PALMAGE
UN PARACHUTE PAR PERSONNE

Conclusion

Avec l'augmentation de la profondeur le plongeur augmente le risque d'accident. Il doit adopter un comportement adapté avant, pendant et après la plongée.

Cela nécessite plus de rigueur et de préparation ainsi que la prise en compte des facteurs aggravant que sont le froid, la déshydratation, l'âge, une mauvaise condition physique.

Entre 40 et 60 m, on peut parler de plongée technique, il faut donc être en parfaite condition physique, se connaitre, connaitre son binome et planifier sa plongée.

La planification doit permettre à tout moment de terminer sa plongée en sécurité même en cas d'incident (éviter le suraccident)

Pour télécharger cette partie cliquez ici :  N3-Prévention des accidents (1168 téléchargements)

 

Retour au sommaire