N2 : Prévention des accidents

Sommaire : 

  • Introduction
  • Les Barotraumatismes
    • Description
    • Les symptômes
    • Conduite à tenir
    • Prévention
  • Prévention des accidents de désaturation
    • Les symptômes
    • Les actions préventives
  • Prévention de l'essouflement
    • Le système circulatoire
    • Le mécanisme de l'essouflement
    • Symptômes
    • Prévention
    • Conduite à tenir
  • Prévention de la narcose
    • Origine de la narcose
    • Symptômes
    • Prévention
  • Prévention de la panne d'air
  • Les accidents sur le bateau
    • Sur le bateau
    • Sur le zodiaque
    • A la mise à l'eau
    • A la remonté

 

Introduction

Le fait de pratiquer une activité subaquatique fait intervenir de multiples phénomènes physiques qui ont un impact sur notre organisme pouvant même aller jusqu’à être la source d’accident. En tant que futur plongeurs autonomes à 20 m et encadré à 40 m vous devez détecter et alerter en cas d’accident mais surtout les prévenir. Faire en sorte qu’il n’arrive pas.

Les Barotraumatismes

Description :

Les barotraumatismes résultent de la compressibilité des gaz.

La variation de pression est importante surtout dans les faibles profondeurs1

De ce fait l’ensemble des zones du corps humain pouvant contenir des poches d’air peuvent faire l’objet d’un barotraumatisme à la descente, à la remontée ou les deux.2

3Elle assure les fonctions d'audition, mais aussi d'équilibration dans l'espace. On la décompose en trois parties :

a) L'oreille externe : partie noyée lors de la plongée. C'est la partie visible composée du pavillon, du conduit auditif externe et du tympan.

b) L'oreille moyenne : partie ayant pour rôle d'amplifier les sons avant transmission à l'oreille interne et d'équilibrer les pressions de part et d'autre du tympan grâce à la trompe d’Eustache.

c) L'oreille interne : partie où siègent les fonctions d'audition et d'équilibration

Schéma de l’oreille : 45

Les poumons, organe de la respiration, permettent apporter l’oxygène à l’organisme et d’évacuer le CO2

Schéma poumon : 6

Faire un schéma plus simple sans les termes techniques, de l’air se retrouve :

  • Dans le cerveau bloquant la circulation

  • Entre la plèvre et la cavité pleurale

  • Dans les tissus

Les symptômes :

ADD de l’oreille : douleur, trouble équilibre, trouble audition

Surpression pulmonaire : douleur thoracique, difficultés respiratoire, pouls rapide, pâleur, trouble de la parole, paralysie

Conduite à tenir :

Prévenir le DP

Prévention :

Ne pas bloquer sa respiration

Respecter la vitesse de remonté

Le plus fréquent est celui de l’oreille

Le plus grave est celui des poumons

Compressibilité des gazQUANDPREVENTION
OREILLESDescente
&
Remontée
Ne pas plonger enrhumé
Huile d'amande douce dans les oreilles
Rincer les fosses nasales avant l'immersion
Valsalva à la descente par anticipation.
Avaler sa salive.
Lowry : pincer le nez, souffler doucement par le nez en déglutissant
Pas de valsalva à la remonté
A la remontée, toynbee : bouche fermée et nez pincé, déglutir et aspirer par le nez (inverse valsalva)
Rincer les oreilles après la plongée
POUMONS
(Surpression Pulmonaire)
RemontéeNe jamais bloquer sa respiration.
Insister davantage sur l'expiration que l'inspiration
SINUSDescente
&
Remontée
Ne pas plonger enrhumé
Rincer les fosses nasales avant l'immersion
MASQUEDescenteNe pas trop serrer le masque
Souffler dans le masque
DENTSRemontéealler chez le dentiste régulièrement pour contrôler ses plombages
ESTOMAC / INTESTINSRemontéeEviter de consommer des aliments provoquant des gaz

Prévention des accidents de désaturation 

Petit rappel de physique

Lorsqu’on augmente la pression d’un gaz en présence d’un liquide, une partie de ce gaz va se dissoudre dans ce liquide.
Pour un plongeur, c’est ce qui se passe à la descente.
Ce phénomène est réversible. Lorsque la pression diminue, le liquide libère une partie du gaz dissout.
Pour un plongeur, c’est ce qui se passe à la remontée.7

Les accidents de désaturation sont dus à la libération trop brutale de l’azote dissout dans le corps, qui forme des bulles au moment de la remontée.8

Les symptômes

Ces bulles peuvent apparaître d’une manière aléatoire dans le corps et provoquer des lésions.

  • Troubles cutanés : picotements, insensibilisation, plaques rouges, démangeaisons

  • Troubles articulaires : douleurs dans les articulations, difficultés à respirer

  • Troubles neurologiques : vertiges, problèmes d’audition ou de vue, nausée

Dans tous les cas un ADD se traduit par une grande fatigue 

Les actions préventives:

  • Respecter les procédures de décompression et les vitesses de remontée.
    Cours spécifique ultérieur sur le sujet (le 13 janvier et le 3 février)

  • Eviter les profils à risques9

  • Avant la plongée
    Se reposer, se relaxer, pas d’alcool, de tabac, bien s’hydrater (plusieurs jours avant), maintenir une bonne condition physique, si prise de médicaments en parler à son médecin

  • Pendant la plongée
    Limiter ses efforts sous l’eau, limiter le temps et la profondeur, se prémunir contre le froid (combinaison adaptée, s’habiller sur le bateau), pas de valselva à la remontée, utiliser du 
    nitrox, période de réadaptation après une période d’interruption.

  • Après la plongée
    S’hydrater, pas de sport, pas d’effort à glotte fermée, pas d’avion dans un délai de 24h, pas de balade en montagne dans un délai de 12h, pas d’apnée, pas de plongée consécutive (<15’ après la sortie de la 1ère plongée)

Conduite à tenir

Alerter le DP dès que possible et en attendant, faire boire de l’eau si accidenté conscient, protéger du froid, rassurer
Puis donner les paramètres de plongée et décrire ce qu’il s’est passé.

Prévention de l’essoufflement

Le système circulatoire10

Le mécanisme de l’essoufflement

C’est un phénomène lié à l’élimination insuffisante du CO² qui s’accumule dans nos poumons.

C’est sa présence dans les poumons qui déclenche le reflex inspiratoire.

Son accumulation augmente le rythme ventilatoire qui devient superficiel et moins efficace.

La concentration de CO² augmente encore et c’est un cercle vicieux !

Le plongeur n’arrive plus à respirer, il a l’impression d’étouffer.

Symptômes

  • Impossibilité de tenir une apnée expiratoire plus de 5 ‘’

  • Rythme ventilatoire très élevé

  • Chapelé de bulles au-dessus du plongeur

  • Consommation excessive

Prévention

  • Forcer sur l’expiration

  • Éviter au maximum les efforts sous l’eau et en particulier à des grandes profondeurs (>20m)

  • Eviter le sur-lestage

  • Entretenir une condition physique correcte (2h de sport / sem)

  • S’informer sur les conditions de courant avant la plongée

  • Perfectionner son palmage (palmes correctes)

  • Entretenir et régler correctement ses détendeurs

  • Surveiller le chapelé de bulles de son binôme

  • Surveiller sa consommation et celle de son binôme

Conduite à tenir

  • Faire cesser tout effort immédiatement

  • Fin de plongée, remonter immédiate en maintenant le détendeur en bouche

Prévention de la narcose

Origine de la Narcose

La narcose est une perturbation du système nerveux au-delà d’un certain niveau de pression partielle d’azote (>3bars). C’est donc un phénomène lié à la profondeur.

Symptômes

Elle peut apparaître à partir de 30m mais touche tout le monde à partir de 40m.
Chacun la ressent d’une manière différente et peut s’apparenter aux troubles liés à l’alcool

  • Troubles de la vision (effet tunnel, sensation de noir, grossissement des formes)

  • Vertiges

  • Euphorie ou angoisse

  • Retard de réponse sur signe

  • Lecture fréquente des instruments et sans interprétation / gestes répétitifs

  • Perte de la notion de temps, d’espace

  • Sensation différente (ne plus sentir le froid, entendre sa respiration…)

  • Une certaine « viscosité » mentale

Prévention

  • S’habituer progressivement à la profondeur y compris et surtout en début de saison

  • Ne pas se retourner brutalement après une descente dans le bleu

  • Descendre doucement

  • Ne pas faire de brusques mouvements de tête à partir de 30m

  • Se protéger du froid

  • Limiter sa profondeur quand peu de visibilité

  • Augmenter la cohésion de palanquée

Conduite à tenir
La diminution de pression partielle d’azote va éliminer le phénomène.

Remonter immédiatement jusqu’à sa disparition.

Prévention de la panne d’air

  • Planifier sa plongée avec ses équipiers de palanquée dans le respect des consignes du DP
    Cela nécessite de connaître sa consommation.


Ex. 2 plongeurs N2 décident de plonger à 18m et de rester au fond pendant 20’ (plongée « carrée »)
- leur consommation moyenne en surface est de 20l/min
- ils partent avec des blocs de 12l à 200 bars
Calculer la quantité d’air consommée au fond exprimée en litres et en bars
(20x20x2,8=1120litres et 1120/12=94 bars)
Décider avec ses équipiers et avant de plonger des paramètres de mi-plongée et fin de plongée
Prévoir un retour bateau avec 50 bars mini dans sa planification

  • Adapter la capacité de son bloc à la plongée prévue

  • Vérifier très régulièrement sa consommation et celles de ses équipiers

Les accidents sur le bateau

Sur le bateau :

  • Bien fixer son matériel

  • Limiter les déplacements avec le matériel sur le dos.

  • Avoir de bonnes chaussures pour se protéger du froid et éviter de glisser

Sur un zodiaque :

  • Enlever les plombs

  • Décapeler pour remonter sur un zodiaque

A la mise à l’eau :

  • Faire des vérifications croisées (notamment en autonomie : bouteille ouverte, direct system branché, quantité d’air, lestage)

A la remonté :

  • Utilisation du parachute pour se signaler en surface

  • Remonter sur le bateau masque sur le visage et détendeur en bouche

  • Ne pas rester sous l’échelle quand quelqu’un remonte

  • Attention à ne pas se coincer les doigts dans l’échelle.

Conclusion

La prévention des accidents en plongée est essentiellement liée au respect des consignes de sécurité.
C’est notre comportement qui est presque toujours à l’origine des accidents.
Et n’oublions pas que nous sommes aussi un acteur essentiel de la sécurité de nos équipiers, notre comportement peut aussi avoir des conséquences sur leur sécurité.

Pour télécharger cette partie cliquez ici :  N2-Prévention des accidents (719 téléchargements)

 

Retour au sommaire