N2 : Matériel

Sommaire : 

  • Pourquoi un cours sur le matériel ? 
  • Différents types de plongée
  • Combinaison
    • Différents types de combinaisons
    • Caractéristiques
    • Conseil d'achat
    • Réglementation
    • Entretien
  • Bouteille
    • Différent types
    • Caractéristiques
    • Réglementation
    • Conseil d'achat
    • Entretien
  • Ordinateur
    • Principe de fonctionnement
    • Différence entre les tables et les ordinateurs
    • Les principales fonctions
    • Conseils d'utilisation
    • Conseil d'achat
    • Entretien
    • Conclusion
  • Détendeur
    • Principe de fonctionnement
    • Caractéristique
    • Conseil d'achat
    • Entretien
  • Conclusion

Pourquoi un cours sur le matériel ?

La plongée bouteille nécessite un équipement assez technique pour assurer la sécurité et le confort du plongeur.
Cet équipement est soumis à rude épreuve, eau de mer, montage/démontage, chocs sur le bateau etc… Il faut donc bien le connaître pour l’utiliser correctement, notre sécurité en dépend.
Chaque équipement répond à un certain besoin. Il est donc important de définir au préalable quel type de plongée nous voulons pratiquer avant d’acheter du matériel.
La réglementation impose l’utilisation de certains matériels en fonction du niveau du plongeur (ex un octopus à partir de l’autonomie).
Bien entendu l’aspect économique est important. Le matériel de plongée comme tous les matériels techniques est relativement cher. Suivant le nombre de plongées annuelles, on peut raisonnablement comparer la location à l’achat (avantage inconvénient).
L’objectif de ce cours est d’approfondir la connaissance du matériel pour guider le choix au moment d’un achat ou d’une location, éviter les erreurs de manipulation et donner les règles d’entretien et de stockage.

Différents types de plongée

La plongée bouteille offre un large éventail de pratiques différentes
-­ Mers tempérées (Méditerranée)
-­ Mers chaudes
-­ Eaux froides (lac)
-­ Plongée multi gaz
-­ Plongée sous-­terraine
-­ Etc…
Le matériel utilisé doit être adapté au type de plongée pratiqué.

Combinaison1

C’est un élément essentiel de confort mais aussi de sécurité contre l’hypothermie.

Différents types de combinaisons

  • « humide » pour les eaux chaudes ou tempérées
  • « semi-­étanche » pour les eaux plus froides
  • « refendue » pour l’aisance
  • « étanche » néoprène ou toile pour les eaux froides

Caractéristique

  • Elle doit être suffisamment ajustée pour éviter la circulation d’eau mais ne pas comprimer le
    corps
  • Elle doit être adaptée à la température de l’eau, suivre les indications du constructeur

Conseils d'achat

  • Dans tous les cas faire un essayage, certaines combinaisons sont mieux adaptées à notre
    morphologie que d’autres
  • Ne pas hésiter à demander l’avis d’autres plongeurs

Réglementation

Les combinaisons sont maintenant considérées comme des EPI (Equipement de Protection Individuel). A ce titre elles ont une date de péremption, à vérifier lors de l’achat d’occasion ou la revente.

Entretien

  • Elle doit être rincée après chaque usage et régulièrement désinfectée avec des produits
    adaptés
  • Elle ne doit jamais être directement exposée au soleil pour une longue période, le néoprène
    est sensible aux UV du soleil
  • Elle doit être stockée dans un endroit sec après avoir été complètement séchée.

Gilet stabilisateur

45;17;243;272

C’est un élément essentiel de notre sécurité, flottabilité en surface, stabilisation en immersion, IPD etc… et fixation de la bouteille

Différents types de gilet

  • Gilet enveloppant -­ relativement ancien : le volume est bien réparti mais peut comprimer la
    poitrine
  • Gilet réglable – le plus courant : évite de comprimer la poitrine
  • Gilet à flottabilité dorsale – se développe de plus en plus : plus sophistiqué et donc plus cher
  • « Wing » -­ système modulaire, surtout utilisé en plongée « tech » -­ très stable au palier mais
    nécessite des montages/démontages fréquents

Caractéristiques

  • Le volume de la vessie
  • La vitesse de gonflage/dégonflage
  • Nombre de purges
  • Présence d’un fenstop ou pas
  • Type de direct système
  • Nombre d’anneaux
  • Poids

Conseil d'achat

Il faut choisir un volume de vessie suffisant en fonction de sa taille et de son poids. Un trop petit volume ne permet pas d’intervenir facilement en cas de situation difficile, par exemple un plongeur en difficulté à une grande profondeur.
La vitesse de remplissage est aussi un critère important pour la même raison.
Si possible tester le gilet avant son achat, en particulier son ergonomie, position des purges, longueur du flexible de l’inflateur etc… C’est un matériel qui peut durer dans le temps s’il est bien entretenu. Choisir un modèle adapté à sa morphologie.
Le choix dépend aussi de la pratique (encadrement, technique etc…).

Réglementation

C’est un matériel obligatoire pour la plongée bouteille

Entretien

Bien le rincer à l’eau douce après chaque usage, en particulier l’intérieur de la vessie et le direct système.
En particulier vérifier que le bouton de l’inflateur fonctionne correctement et qu’il ne laisse pas passer un débit continu (gonflage inopiné du gilet pendant la plongée).

Bouteille

3 4

Différent types

  • Volumes : 7l, 8l, 12l, 15l, 18l etc…
  • Mono ou bi
  • 1 ou 2 sorties
  • Matière : acier, aluminium, fibre de verre ou de carbone
  • Poids
  • Forme, fût long ou court etc…

Caractéristique

2 types de pression

  • pression de service : en général 200 ou 230 bars
  • pression d’épreuve : en général 1,5 fois la pression de service

Le poids
Il peut varier d’une manière sensible (+ ou – 2 kg pour un 15l) suivant le procédé de fabrication. Donc en cas de changement de bloc, vérifier son poids pour ajuster son lestage.

Réglementation

Les bouteilles sont soumises à la règlementation européenne, transposée en droit français, sur les enveloppes sous pression.
Concernant les bouteilles de plongée, elles doivent subir une ré-­épreuve tous les 2 ans par un organisme officiel (DRIRE, DREAL etc …)
Une dérogation est accordée aux Clubs de plongée pour repousser l’échéance de la ré-­épreuve à 5 ans à condition d’effectuer une inspection visuelle annuelle par une personne qualifiée (TIV).
Le TIV (Technicien d’Inspection Visuelle) est une formation assurée par la FFESSM ouverte à tous les licenciés.
Toutes les bouteilles doivent avoir un gravage, en général sur le haut du fût, donnant de multiples informations, date de mise en service, nom du fabricant, poids, matière volume, gaz etc…

Conseil d'achat

L’achat n’est conseillé que pour des personnes plongeant régulièrement en autonomie complète. En général les clubs associatifs prêtent des bouteilles gratuitement pour les sorties qu’ils organisent ou les clubs commerciaux louent des bouteilles pour un prix bas qui ne justifie pas un achat plus l’entretien.

Entretien

Bien rincer la bouteille après la plongée pour éviter la corrosion de l’acier par l’eau de mer.
Transporter la bouteille avec un opercule pour éviter d’ovaliser la sortie des robinets en cas de choc.
Ré-­épreuve ou TIV à la fréquence prescrite.
Ne pas la stocker vide pour éviter la pénétration d’humidité et la corrosion

Ordinateur5

Les ordinateurs sont aujourd’hui d’un usage généralisé et ont supplanté le calcul de la désaturation « à la table » lors des plongées réelles.

Principe de fonctionnement6

Différence entre les tables et les ordinateurs7

C’est un instrument personnel qui suit le profil exact de chaque plongeur.

Les principales fonctions

  • ­ Profondeur courante et profondeur max
  • Temps depuis l’immersion
  • Temps restant avant le 1er palier ou DTR (Durée totale de remontée)
  • Température
  • Paliers de désaturation et temps de palier
  • Alarme acoustique
  • Vitesse de remontée
  • Temps depuis la dernière plongée*
  • Temps avant de prendre l’avion
  • Temps avant de pouvoir monter en altitude
  • Fonction planification
  • Date et heure
  • Paramétrage possible (coefficient de sécurité)
  • Niveau de la batterie

Sur certains ordinateurs

  • ­ Gestion de la réserve d’air
  • Gestion multi-­gaz
  • Boussole
  • Et bien d’autres fonctions encore

Conseils d'utilisation

Le premier conseil est de lire attentivement le manuel utilisateur pour bien comprendre le fonctionnement de son ordinateur.
En particulier des modifications non contrôlées du paramétrage peut donner lieu à de mauvaises surprises.
Pour les éviter, il est nécessaire d’avoir des ordres de grandeur en tête
Par exemple une plongée à 40m pendant 15’ nécessite forcément un temps de palier à 3m.
A l’opposé une plongée dans la courbe de sécurité ne nécessite pas de palier par définition
Rappel sur la courbe de sécurité
15m 1h15 sans palier
18m 50’ sans palier
20m 40’ sans palier
25m 20’ sans palier
30m 10’ sans palier
40m 5’ sans palier

Conseil d'achat

Même si les algorithmes sont différents, ils sont tous valables et le respect des indications de l’ordinateur permettent de limiter grandement les risques d’ADD.
La lisibilité sous l’eau est un paramètre important qui évite un stress supplémentaire et les risques d’erreur.
Privilégier les ordinateurs bi-­gaz, maintenant à peine plus chers que les mono-­gaz, en prévision des plongées Nitrox à plus ou moins court terme.
Il est souhaitable de demander un retour d’expérience à d’autres plongeurs sur les aspects pratiques comme la consommation de la batterie, le changement de la pile, l’ergonomie des écrans etc…

Entretien

Les ordinateurs modernes nécessitent peu d’entretien.
Cependant un rinçage soigneux à l’eau douce après chaque usage prolongera à coup sûr sa durée de vie.

Conclusion

L’ordinateur est devenu un outil indispensable à tout plongeur moderne.
Cependant ce n’est qu’un outil qui ne peut pas remplacer la connaissance du plongeur. En particulier il est important d’avoir une idée des paliers à effectuer avant de plonger (planification)
Chaque utilisateur doit rester critique sur

  • les indications affichées
  • la non prise en compte les facteurs aggravants des ADD (fatigue, stress, froid, âge etc…)

Détendeur8

C’est l’invention majeure de l’après-­guerre qui a ouvert la voie à la plongée en scaphandre autonome

Principe de fonctionnement

2 niveaux de détente de l’air comprimée dans les bouteilles
1er étage : de la « haute pression » dans la bouteille (jusqu’à 200bars) à la pression intermédiaire (pression ambiante plus environ 8 à 10 bars)
2è étage : de 8 à 10 bars au-­dessus de la pression ambiante à la pression ambiante à la demande du plongeur9

Caractéristiques

Plusieurs types de détendeur

Membrane-Meilleur résistance au givrage
-Mieux protégé des impurtés de l'eau
Piston-Robustesse liée à la simplicité
-Entretien moins onéreux
Simple*-Conception plus ancienne
-Faibles profondeurs
Compensé-Débit plus important
-Débit constant quelle que soit la pression de la bouteille
DIN-Pas de risque d'extrusion du joint
-Plus léger
Etrier-Plus robuste aux chocs

* de moins en moins proposé par les fabricants

Conseil d'achat

Encore une fois, il est important de bien définir son besoin avant de faire son choix sachant que les détendeurs les plus sophistiqués peuvent couter 3 ou 4 fois le prix des détendeurs simples.
Cependant c’est un achat important et qui dure dans le temps. Il est sans doute préférable d’attendre d’avoir un budget minimum pour accéder au milieu de gamme (compensé à membrane) plutôt que d’acheter le bas de gamme.

Entretien

Un détendeur est une mécanique de précision qui ne supporte pas le bricolage.
Il doit être régulièrement révisé (changement des pièces d’usure, joints, membranes etc…) par un revendeur qualifié.
En particulier son réglage est très important pour éviter les risques de débit continu par exemple.
Dans tous les cas il doit être soigneusement rincé après chaque usage pour conserver toutes ses caractéristiques techniques et ses performances.
Les flexibles doivent être régulièrement inspectés (inspection visuelle) pour déceler tout gonflement ou boursoufflure, signe d’un risque de fuite ou d’éclatement.
Dans la manipulation des blocs équipés et en particulier sur le bateau, préserver les détendeurs et flexibles des risques de choc ou d’écrasement.

Conclusion

Le matériel est essentiel pour un plongeur, sa sécurité en dépend.
Il doit être adapté à son usage, on ne plonge pas en lac avec un détendeur non prévu pour l’eau froide.
Il doit faire l’objet de toutes les attentions pour éviter de plonger avec un matériel détérioré et risquer un accident et augmenter sa longévité car en général le matériel de plongée est couteux.

Pour télécharger cette partie cliquez ici :  N2-Matériel (736 téléchargements)

 

Retour au sommaire